Département Sciences archéologiques

Le Département des sciences archéologiques conduit des recherches pluri et interdisciplinaires sur les populations humaines du passé, sans limite chronologique, de leurs environnements naturels et culturels et de leurs interactions. Il met en œuvre d’importants développements technologiques et méthodologiques, notamment concernant les technologies 3D (acquisition, modélisation, archivage) pour le patrimoine culturel. Il bénéficie d’un environnement riche en référentiels, collections (ostéothèque, anatomie comparée, lithothèque, moulages de fossiles humains, etc), fonds documentaires.

Grotte de Cussac © Olivier Got - université de Bordeaux Grotte de Cussac © Olivier Got - université de Bordeaux

Au sein du département des sciences archéologiques, l’archéologie est considérée dans son acception la plus large.

L’objectif du département est d’étudier, de comprendre l’histoire passée, les productions culturelles, les sociétés, les activités symboliques, les relations avec les morts dans toute leur diachronie depuis le passé le plus ancien de nos origines africaines jusqu’à un passé très récent. Les acteurs du département sont aussi très fortement impliqués dans la production de données primaires, grâce à la direction d’opérations de terrain en France et dans le monde, ainsi que dans la valorisation sociétale et culturelle du patrimoine sous différentes formes.

Les acteurs scientifiques de ce département appartiennent à plusieurs communautés : université, CNRSCentre national de la recherche scientifique , Ministère de la Culture, Archéologie préventive (Inrap, sociétés privées), Services d’archéologie des collectivités territoriales et musées.

Deux grands programmes sont associés à ce département :

Direction /animation 

  • Directeur : Bruno Maureille
  • Directeur-adjoint : William Banks
  • Responsable administratif et financier : Gilbert Bounaud-Devillers
  • Gestionnaire articulation formation recherche : Jean-Baptiste Cottin

Activités

Le département s'intéresse à tous les aspects (chronologiques, environnementaux, biologiques, culturels, etc.) servant l'étude et la compréhension des sociétés du passé, de leurs productions (depuis les premiers temps de la Préhistoire jusqu'aux périodes historiques).

Ses activités se distribuent selon 5 axes :

Évolutions biologiques et culturelles, migrations humaines et environnements 

Depuis leurs premiers représentants jusqu’à l’actuel, les préhumains et les humains ont évolué biologiquement et culturellement. Jusqu’à une période qui ne fait pas consensus, ou en fonction du niveau d’observation, ces évolutions ont été corrélées à des causes multiples (environnementales, cognitives, démographiques, migratoires, etc.) Des recherches fondamentales sont menées sur la diversité de ces évolutions ainsi que des environnements naturels ou culturels qui leur sont contemporains et de leurs interactions depuis les premiers représentants du genre Homo jusqu’aux périodes historiques (Antiquité, Moyen Age).

Émergence, organisation et transformation des sociétés humaines

Des premières traces d’une forme d’organisation collective jusqu’aux sociétés complexes de l’Epoque contemporaine, sont étudiés tous les aspects permettant de mieux comprendre l’origine, le développement, la disparition des diverses formes d’organisation sociétale que les humains ont été capables d’inventer.

Productions matérielles, symboliques et artistiques : ressources, techniques et usages

Les humains ont développé des capacités à exploiter leurs environnements d’une façon totalement inédite car cumulative. Nous étudions les différentes modalités d’exploitation technique, économique, culturelle (et leurs produits, leurs conséquences, leurs formes d’expression) des ressources naturelles par les sociétés préhistoriques et historiques. Cette exploitation s’est aussi, à un moment de notre histoire, accompagnée d’une nouvelle forme d’interaction par l’invention de diverses formes d’expressions symboliques dont les espaces mémoriels, par exemple les ensembles funéraires, les grottes ornées du Paléolithique, etc.

Circulation des biens et des idées, transmission des savoirs

Les humains préhistoriques et historiques ont échangé des biens et/ou des idées, les ont diffusés de façons très variées conduisant à influencer l’évolution culturelle. L’exploitation des environnements a été progressivement, puis rapidement, marquée par différents moments de spécialisation, d’émergence d’innovations techniques, de création de réseaux et donc par la naissance d’activités spécialisées, d’artisanats, d’enjeux de pouvoir, d’apparition d’Etats. Des recherches sont également engagées pour bien caractériser et comprendre différents aspects de la créativité et de l’inventivité de la lignée humaine. Elles n’ont pas d’équivalent au sein du règne vivant, au point d’avoir modifié les équilibres climatiques naturels et d’impacter notre patrimoine comme cela ne s’est jamais produit auparavant.

Le village d'Eipomek en Indonésie

Patrimoine matériel et immatériel : un défi sociétal

Très impliqués dans des activités de recherche de terrain tant au niveau national, européen qu’international, les composantes du département sont des acteurs majeurs de découvertes et d’enrichissement de patrimoines archéologiques, paléoanthropologiques, de leur sauvegarde et de leur valorisation sociétale en étroite collaboration avec les services dédiés des Ministères concernés et des organisations internationales. Le patrimoine immatériel est une source d’enjeux considérables, étudié par le biais d’approches, de technologies innovantes.

Un projet ANR-PIA1 est directement associé à ce département : le labex LaScAr-Bx, l’usage du monde par les sociétés anciennes : processus et formes d’appropriation de l’espace sur le temps long.

Un autre projet ANR-PIA1 a favorisé le développement de recherches interdisciplinaires entre les membres du département Sciences archéologiques et ceux du département Sciences de l’environnement : le LabEx COTE, écosystèmes continentaux et côtiers.

Chiffres-clés

  • 1 unité mixte de recherche, 1 unité mixte de service et 1 fédéraion
  • 90 titulaires et 39 contractuels (doctorants, posdocs...)
  • 1 école doctorale

Structures composantes du département

Ce département a en rattachement principal 3 structures ayant l’université de Bordeaux et le CNRS comme cotutelles. Les deux dernières structures ont aussi l’Université Bordeaux Montaigne en rattachement principal.

Unités en rattachement principal 

Unité en rattachement secondaire (à confirmer)

Structures avec une convention de coopération 

Composition des instances

Conseil de composante

Il est composé, en mode restreint université de Bordeaux, de 14 membres, dont 7 enseignants-chercheurs et chercheurs, 3 personnels BIATSS/ITA, 1 doctorant ou post-doctorant et 3 personnalités extérieures (représentants du CNRSCentre national de la recherche scientifique , de la Région Nouvelle Aquitaine, du Ministère de la culture).

En mode plénier, il est composé de 27 membres, dont 16 enseignants-chercheurs et assimilés, 5 personnels BIATSS/ITA, 3 doctorants/post-doctorants et 3 personnalités extérieures (représentants du CNRSCentre national de la recherche scientifique , de la Région Nouvelle Aquitaine, du Ministère de la culture).

fouilles Saint-Seurin pour le Labex Lascarbx © Olivier Got

Comités des directeurs

Il est composé du directeur du département, du directeur-adjoint, des directeur.e.s des structures de recherches (UMR) ou de service (UMS et FR), des directeurs des unités rattachées ou associées.

Conseil scientifique

Il est composé de 3 membres : Pr. David Sanderson (physique environnementale), Pr. Frédéric Hurlet (Histoire romaine) et Pr. Dominique Grimaud-Hervé (paléoanthropologue).

Plateformes 

  • Un équipement important du département, un microscanner RX est implanté au sein de la plateforme Placamat
  • Équipement Archeovision : technologies 3D
  • Les unités du département disposent aussi de plusieurs plateaux techniques dont certains pourraient évoluer vers des plateformes selon le processus de labellisation en cours de l’Université de Bordeaux : paléogénétique, radiologie numérique, microscopie, imagerie numérique...

Écoles doctorales

Mise à jour le 13/03/2020

Contact

Gilbert Bounaud-Devillers
Responsable administratif et financier

51, cours de la Libération - Bât. A33
CS 10004
33405 TALENCE Cedex

05 40 00 31 36
Contacter par courriel

Mots-clés

Chronologiques : Quaternaire, Préhistoire, Protohistoire, Antiquité, Moyen Âge Disciplinaires et méthodologiques : anthropologie biologique, archéologie des techniques, archéologie du bâti, archéométrie, archéothanatologie, archéozoologie, chronologie, épigraphie, évolution, géoarchéologie, géochronologie, géomatique, géologie, histoire, histoire de l’art, humanités numériques, imageries et 3D, méthodes statistiques, modélisation, paléontologie, paléogénétique, paléoenvironnement, philologie, taphonomie