Notre histoire

Histoire de notre patrimoine

Mise à jour le :

D’un campus de centre-ville à des campus dans la métropole, le patrimoine immobilier de l'université de Bordeaux s'est étendu au fur et à mesure de l'émergence des besoins et des dispositifs financiers.

Photo : Vue aérienne du campus de la faculté des sciences en 1961 © Jean-Biaugeaud Arceuil
Vue aérienne du campus de la faculté des sciences en 1961 © Jean-Biaugeaud Arceuil

Quelques dates marquantes

  • 1873 : Faculté de Droit, place Pey-Berland
  • 1880 : Faculté de Médecine et de pharmacie, place de la Victoire
  • 1886 : Faculté des Sciences et des Lettres, aujourd’hui Musée d’Aquitaine
  • 1960 - 1970 : construction d’un campus périurbain
  • 1964 : construction de la faculté de médecine sur le site de Carreire à Bordeaux
  • 2016 : des campus ouverts sur la cité et rénovés grâce au Plan campus
  • 2021 : des campus durables et moins énergivores grâce au Plan France relance

En savoir plus sur l'histoire de l'université de Bordeaux

Curieuse visite

La curieuse visite est une création digitale originale permettant de visiter l’université avec un regard artistique en (re)découvrant les œuvres et des lieux marquants ou insolites des campus de l’université.

Jouer au jeu vidéo Curieuse visite


Campus Peixotto et Bordes, le premier campus scientifique de Bordeaux

Dans les années 1960-1970, les effectifs étudiants et enseignants sont si importants que des locaux supplémentaires doivent être construits, faute de place, à la périphérie des villes. Bordeaux n’y échappe pas et crée un nouveau campus jouxtant son centre : le domaine universitaire de Pessac-Talence-Gradignan.

Imaginée par René-André Coulon (1908-1997), spécialiste reconnu de l’architecture des laboratoires de recherche de l’industrie privée, la faculté des sciences sort de terre en 1960 sur le campus situé sur la commune de Talence. René-André Coulon l'envisage comme une « faculté de l’an 2000 ».
Les bâtiments mêlent modernité et tradition dans un style novateur qui s’éloigne des réalisations habituelles de l’époque pour les sites universitaires. Les façades sont rythmées par des motifs en grille, caractéristiques des productions de cet architecte.

Chaque discipline possède son propre bâtiment et cette spécialisation reste encore visible : sur la façade de certains bâtiments une lettre de l’alphabet grec (exemple « Φ » pour la physique). La disposition des bâtiments est pensée pour laisser place à de futures constructions sur l’espace disponible.

Un campus imaginé pour y vivre

Coulon travaillera également sur les axes de circulation au sein du campus : voies automobiles, mais aussi piétonnes, avec des galeries couvertes qui relient entre eux les bâtiments.

En 1960, l’automobile n’a alors pas droit de cité et les déplacements se font à pied. Parmi les premiers bâtiments construits dans cette cité linéaire du savoir, les amphithéâtres de chimie et de physique sont agencés pour que les deux petites places publiques qu’ils enserrent deviennent des lieux de rencontre, de discussion et d’échange.

  • Photo : Les aménagements des espaces publics du campus Bordes réalisés en 2019 permettent de sécuriser les déplacements à vélo ou à pied © université de Bordeaux
    Les aménagements des espaces publics du campus Bordes réalisés en 2019 permettent de sécuriser les déplacements à vélo ou à pied © université de Bordeaux
  • Photo : Le campus Peixotto fait la part belle aux mobilités douces © Gautier Dufau
    Le campus Peixotto fait la part belle aux mobilités douces © Gautier Dufau
  • Photo : L'arche piétonne (et cycliste) relie le campus Peixotto et Bordes © Gautier-Dufau
    L'arche piétonne (et cycliste) relie le campus Peixotto et Bordes © Gautier-Dufau
  • Photo : La rénovation du campus Peixotto a permis de créer des espaces à vivre © Arthur Pequin
    La rénovation du campus Peixotto a permis de créer des espaces à vivre © Arthur Pequin
  • Photo : Bâtiment A22 - Campus Peixotto © Gautier Dufau
    Bâtiment A22 - Campus Peixotto © Gautier Dufau

L'Agora du Haut-Carré, un lieu atypique au cœur du campus

Dominant le campus Peixotto de l'université de Bordeaux, sur la commune de Talence, un ancien couvent, construit dans les années 50, se dresse au cœur du domaine du Haut-Carré. Chapelle, cloître, bibliothèque, logements pour une soixantaine de sœurs, telle était la commande pour ce domaine, situé à l’époque au 43 chemin des briques, devenu depuis rue Pierre (Bienvenu) Noailles du nom du fondateur de cette congrégation.

Un site résolument atypique

Devenu depuis un pôle de diffusion et de valorisation de la recherche, de la culture scientifique et industrielle, le domaine du Haut-carré peut accueillir conférences ou colloques scientifiques, cérémonies de remise de prix, événements culturels ou encore expositions temporaires artistiques. La présidence et la direction administrative de l'université y sont installées depuis janvier 2016.

 Le Domaine du Haut-Carré regroupe notamment un restaurant universitaire, des directions et services administratifs, un laboratoire et un centre d'hébergement © Olivier Got - université de Bordeaux
Le Domaine du Haut-Carré regroupe notamment un restaurant universitaire, des directions et services administratifs, un laboratoire et un centre d'hébergement © Olivier Got - université de Bordeaux
 L'université s'engage à préserver, restaurer et favoriser la biodiversité © université de Bordeaux
L'université s'engage à préserver, restaurer et favoriser la biodiversité © université de Bordeaux

Un hotspot de biodiversité

Anciennement domaine de Béoulaygues (du gascon Belles-Eaux), le parc de 9 hectares entourant le bâtiment de l'Agora est maintenant désigné sous le nom du lieu-dit voisin, c’est-à-dire domaine du Haut-Carré.

Il y a quelques siècles, une forêt dense se développe sur le site de l’université et les arbres remplacent le site viticole du Haut-Carré entretenu au Moyen-Âge par les seigneurs de Roustaing. Le domaine du Haut-Carré est un vestige de cette forêt de feuillus périurbaine.

L’Agora et ses vitraux signés Gabriel Loire


L’architecture du bâtiment s’inspire de celle dépouillée des monastères cisterciens. Quant au clocher de l’Agora, il rappelle les campaniles romans de l’Italie du Nord (telle la tour de Pise), des tours campanaires (avec cloche) percées d’arcades.

24 véritables vitraux, sur le thème du voyage, rehaussent davantage la beauté de la chapelle et sont signés du maître verrier français Gabriel Loire (1904-1996), dont « ses créations brillent à travers le monde avec de prestigieuses commandes », comme celles de la cathédrale de Salisbury en Angleterre, de la tour aux oiseaux au Musée d’art moderne de Hakoné au Japon… Et donc aussi celle de la chapelle de l’Agora du Haut-Carré.

 

 L'Agora du Haut-Carré
L'Agora accueille des évènements toute l'année © Gauthier Dufau - université de Bordeaux

Campus Victoire

Ce bâtiment 19ème dont la façade domine la place de la Victoire a été conçu en 1880 par l’architecte J.L.Pascal (1876-1888) architecte d’origine parisienne qui a, entre autres, travaillé sur deux des ailes de la Bibliothèque nationale à Paris en particulier la cour d’honneur et le « carré Vivienne ».

Ce très bel ensemble comporte notamment deux grands amphithéâtres d’époque et une superbe bibliothèque ancienne. Le bâti a fait l’objet d’un programme complet de restructuration et de mise aux normes dans le cadre des différents Contrats de Projets Etat Région de 1992 jusqu’en 2010.

Le premier étage de la façade est orné de 5 bustes, représentant cinq personnalités du monde de la médecine (de gauche à droite : Jussieu pour la botanique, Laënnec pour la médecine, Bichat pour l’anatomie, Dupuytren pour la chirurgie, Lavoisier pour la chimie).

 Le campus Victoire est le campus « historique » , situé au cœur de Bordeaux © Gautier Dufau
Le campus Victoire est le campus « historique » , situé au cœur de Bordeaux © Gautier Dufau

Les deux imposantes statues qui ornent son parvis forment une dyade symbolique représentant La Nature (Louis-Ernest Barrias) se dévoilant devant La Science (Pierre-Jules Cavelier).

Le premier étage de la façade est orné de 5 bustes, représentant cinq personnalités du monde de la médecine (de gauche à droite : Jussieu pour la botanique, Laënnec pour la médecine, Bichat pour l’anatomie, Dupuytren pour la chirurgie, Lavoisier pour la chimie).

La mosaïque qui décore le sol du hall d’entrée est l’œuvre de Giandomenico Facchina, célèbre mosaïste qui a travaillé sur l’opéra de Paris. La devise « Pro Scientia Urbe et Patria » figure au centre du vestibule.

Sa cour intérieure (cour Leyteire) a été réaménagée en juillet 2012 dans le cadre du programme Opération campus. Le cabinet de paysagistes Debarre Duplantiers Associés a travaillé sur une relecture contemporaine et paysagère de ce site historique. Différents jardins thématiques occupent les zones et alcôves de la cour, en fonction de leur orientation et de leur ensoleillement. Cette cour s’inscrit dans la trame urbaine avec des axes de circulation clairement ouverts sur la ville et accessibles au public.

Ce site a abrité la Médecine et la Pharmacie jusqu’aux années 60, date à laquelle ces disciplines ont déménagé vers le campus de Carreire (près des boulevards, à proximité du CHU). Il héberge aujourd’hui les Sciences de l’Homme.

  • Photo : Bibliothèque des Sciences de l'Homme du campus Victoire © Gautier Dufau
    Bibliothèque des Sciences de l'Homme du campus Victoire © Gautier Dufau
  • Photo : Le premier étage de la façade de la faculté de Science de l'Homme est orné de 5 bustes, représentant des personnalités du monde de la médecine - Campus Victoire  © Olivier Got - université de Bordeaux
    Le premier étage de la façade de la faculté de Science de l'Homme est orné de 5 bustes, représentant des personnalités du monde de la médecine - Campus Victoire © Olivier Got - université de Bordeaux
  • Photo : Cour Leyteire  du campus Victoire © Paul Bensamoun
    Cour Leyteire du campus Victoire © Paul Bensamoun
  • Photo : Statue de la science (Pierre -Jules Cavelier) sur le parvis du Campus Victoire © Olivier Got - université de Bordeaux
    Statue de la science (Pierre -Jules Cavelier) sur le parvis du Campus Victoire © Olivier Got - université de Bordeaux
  • Photo : La Nature (Louis-Ernest Barrias) se dévoilant devant La Science (Pierre-Jules Cavelier),  parvis du campus Victoire © Gautier Dufau
    La Nature (Louis-Ernest Barrias) se dévoilant devant La Science (Pierre-Jules Cavelier), parvis du campus Victoire © Gautier Dufau
  • Photo : L'atrium du campus Victoire © Arthur Pequin
    L'atrium du campus Victoire © Arthur Pequin
  • Photo : La cour Leyteire du campus Victoire abrite différentes alcôves végétalisées © Gautier Dufau
    La cour Leyteire du campus Victoire abrite différentes alcôves végétalisées © Gautier Dufau
  • Photo : Cour intérieure du campus Victoire  © Gautier Dufau
    Cour intérieure du campus Victoire © Gautier Dufau
  • Photo : L'atrium du campus Victoire © Gautier Dufau
    L'atrium du campus Victoire © Gautier Dufau

Site de Bordeaux Pey-Berland

Au XIXème siècle, la faculté de Droit de Bordeaux se dote d'un ensemble de bâtiments qui sera inauguré le 20 novembre 1873.
Pourtant, dès la fin du XIXème siècle, la saturation des locaux devient évidente. En 1907, l’acquisition de la bâtisse mitoyenne située à l’angle de la place Pey-Berland et de la rue du Commandant Arnould permettra de procéder à un agrandissement. Cette extension se poursuivra en 1911 par l’achat d’un ensemble immobilier mitoyen rue Cabirol.

Les travaux s’achèveront en 1923 et la faculté se dotera d’un nouvel amphithéâtre (actuel amphi Duguit).

A la veille de la seconde guerre mondiale, l’étroitesse des locaux se fait à nouveau sentir. L’acquisition d’un immeuble situé au n°4 de la rue du Maréchal Joffre permettra d’accueillir en 1954 l’Institut d’Etudes Politiques.

 Le pôle juridique et judiciaire est situé dans le centre-ville de Bordeaux © Olivier Got - université de Bordeaux
Le pôle juridique et judiciaire est situé dans le centre-ville de Bordeaux © Olivier Got - université de Bordeaux

Dans les années 60, la faculté de Droit doit se délocaliser hors les murs de la place Pey Berland en raison du trop grand nombre d'étudiants. Les nouveaux locaux sur la commune de Pessac sont livrés en 1966. Le site de Pey Berland n’est pas abandonné et demeurera en activité et accueillera certains enseignements spécialisés.

En 2006, une rénovation complète de l’ensemble, achevée en 2011, suite au départ de l’Institut d’Administration des Entreprises pour le Pôle universitaire des sciences de gestion rive droite (PUSG).


Campus Montaigne - Montesquieu

 Le campus s'étend sur 187 hectares dont 140 d’espaces verts © université de Bordeaux
Le campus s'étend sur 187 hectares dont 140 d’espaces verts © université de Bordeaux

Construit de 1965 à 1967, cet ensemble architectural, regroupant le Droit et les Sciences Économiques, a fait l’objet d’un véritable projet global.

Ce sont les architectes Sainsaulieu, Daurel et Tagini qui sont à l’origine de la conception des bâtiments de Droit, de Sciences économiques, ainsi que de la Bibliothèque universitaire édifiée sur ce campus.

Cet ensemble comporte un bâtiment dédié à l’administration, des amphithéâtres ainsi qu’une aile dédiée aux cours et aux travaux pratiques. Les baies vitrées des façades sont protégées du soleil par des claustra de béton et ornées de dalles incrustées de gravillons.

Volontairement détaché de ces bâtiments, l’Aula Magna (du latin : grand hall) est un amphithéâtre de 1000 places, œuvre de  Pierre Mathieu. Sa façade imposante, qui comporte des piliers de béton, est traitée comme celle d’un temple antique.

En 2020, un projet de rénovation du bâti démarre grâce à l'Opération Campus Bordeaux.

 L'esplanade de l'amphithéâtre Aula Magna est un lieu de passage important © Gautier Dufau
L'esplanade de l'amphithéâtre Aula Magna est un lieu de passage important © Gautier Dufau

Campus Carreire

En 1958, la loi Debré oblige désormais les facultés de médecine à faire partie d’un complexe hospitalier. La faculté de médecine de Bordeaux s’installe alors à proximité du CHU Bordeaux (Pellegrin). Le patrimoine universitaire de Carreire s'est développé à partir de 1970. Les bâtiments ont été construits au fur et à mesure de l'émergence des besoins et des dispositifs financiers.

Le plan orthogonal de départ, incluant le Tripode, a peu à peu été délaissé au profit d'une logique plus opportuniste de disponibilité foncière. C'est pourquoi les bâtiments présentent des caractéristiques différentes, tant architecturales que techniques.
La "zone nord" réalisée en 1972, présente des bâtiments en forme de peigne qui abritent les laboratoires de recherche. Cette partie est directement mitoyenne du CHU. Ces bâtiments font actuellement l'objet d'une rénovation pour être adaptés aux exigences actuelles.

Construit au début des années 1970, le bâtiment TP, dédié aujourd'hui à l'apprentissage des sciences médicales et à la recherche dans le domaine de la santé publique, fait actuellement l'objet également d'une réhabilitation.

Dans une optique de rapprochement des spécialités dans le domaine santé, les bâtiments accueillant l'enseignement en pharmacie, situés auparavant sur le campus Victoire, sont venus s'implanter sur le campus Carreire à partir de 1992.

La bibliothèque universitaire

La construction de la bibliothèque (P. Daurel, A. Conte, J.-J. Prévot) s’étalera de 1971 à 1974. Elle fera l’objet d’une extension en 1993 avec l’ajout d’une grande tour vitrée (rotonde) réalisée par les architectes Bouey, Ragueneau et Roux.

Puis, elle a fait l'objet en 2015 et 2016 d'une réhabilitation dans le cadre de l'Opération Campus Bordeaux pour s'adapter aux exigences actuelles et augmenter sa capacité en termes de places assises.

  • Photo : La verrière traverse le campus pour le relier au CHU © Arthur Pequin
    La verrière traverse le campus pour le relier au CHU © Arthur Pequin
  • Photo : Le campus Carreire a fait l'objet de travaux d'aménagement de ses espaces publics en 2019 © Arthur Pequin
    Le campus Carreire a fait l'objet de travaux d'aménagement de ses espaces publics en 2019 © Arthur Pequin
  • Photo : L'Esplanade Jacques Latrille, ancien Président de l'université Bordeaux II © Arthur Pequin
    L'Esplanade Jacques Latrille, ancien Président de l'université Bordeaux II © Arthur Pequin
  • Photo : Bât. Odontotologie - Campus Carreire © Arthur Pequin
    Bât. Odontotologie - Campus Carreire © Arthur Pequin
  • Photo : Les aménagements créés permettent de retrouver une qualité d’espaces publics et de favoriser les mobilités douces © Arthur Pequin
    Les aménagements créés permettent de retrouver une qualité d’espaces publics et de favoriser les mobilités douces © Arthur Pequin

Liste des oeuvres remarquables

Grâce au « 1% artistique », des œuvres d’art jalonnent les campus

Le 1% artistique est un dispositif créé pour soutenir la création contemporaine, sensibiliser les citoyens à l’art et offrir au plus grand nombre un contact direct avec des œuvres d’art. Cette démarche prévoit l’affectation d’un pour cent du coût des travaux de construction, d’extension ou de réhabilitation de certains bâtiments publics, à la réalisation d’une ou de plusieurs œuvres conçues pour le lieu qui les accueille.

Sur le campus Peixotto, à Talence

  • Raymond Subes, portail Peixotto, 1950 (cours de la Libération)
  • Jean Bertoux, 3 sculptures

Sur le campus Montaigne-Montesquieu, à Pessac

  • Yasuo Mizui, Fontaine pétrifiée, vers 1968 (face à l’Aula Magna)
  • Michel Seuphor, tapisserie en laine 1968 (Salle du Conseil)

Sur le campus Carreire, à Bordeaux

  • Colonne de marbre, Sergio di Camargo, vers 1973 (esplanade)
  • Deux sphères et baguettes, Alberto Guzman, vers 1972 (esplanade)
  • Verrière ornée de photographies de statues baroques, Ferrante Ferranti, 2010 (galerie des amphithéâtres)
  • Cow graffiti, Blade, 2011 (esplanade)

Sur le campus Victoire, à Bordeaux

  • Fresque et huiles sur toile d’André Lhote (Faculté d’odontologie, cours de la Marne) fameux peintre cubiste bordelais
  • Photo : Cow graffiti, Blade (2011) située sur l'esplanade du campus Carreire © Lionel Lizet
    Cow graffiti, Blade (2011) située sur l'esplanade du campus Carreire © Lionel Lizet
  • Photo : Fresque d'André Lhote au bâtiment Odontologie - campus Carreire © Hugues Bretheau - université de Bordeaux
    Fresque d'André Lhote au bâtiment Odontologie - campus Carreire © Hugues Bretheau - université de Bordeaux
  • Photo : Œuvre d'art de Yasuo Mizui, Fontaine pétrifiée 1968 © Olivier Got - université de Bordeaux
    Œuvre d'art de Yasuo Mizui, Fontaine pétrifiée 1968 © Olivier Got - université de Bordeaux
  • Photo : Le majestueux portail en fer forgé marque l'entrée du campus Peixotto © Olivier Got - université de Bordeaux
    Le majestueux portail en fer forgé marque l'entrée du campus Peixotto © Olivier Got - université de Bordeaux