© Gautier Dufau © Gautier Dufau

Composé de 11 unités de recherche centrées autour de la compréhension des mécanismes fondamentaux de la cellule, de la physiologie et de la physiopathologie et d’une unité de service, le département Sciences biologiques et médicales s’emploie à développer les innovations qui feront la médecine de demain. Il inclut des recherches sur les relations hôte-microorganismes, les systèmes immunitaire et vasculaire, les maladies rares et les maladies inflammatoires et le cancer. Ce département pluridisciplinaire présente une diversité d’approches conceptuelles et méthodologiques offrant aux chercheurs des opportunités multiples d’interactions, d’innovations technologiques et scientifiques, et de transferts vers la clinique en direction des patients pédiatriques, adultes ou âgés. Ses activités s’appuient notamment sur un service commun de plateformes technologiques de grande qualité.

Les thématiques communes explorées dans le département comme le cancer ou le vieillissement constituent autant de vecteurs de la pluridisciplinarité nourrissant ainsi des recherches conduites dans les sciences humaines et sociales et des technologies portées par plusieurs autres départements.

Le département Sciences biologiques et médicales s’attache à porter une formation de très haut niveau pour les doctorants en particulier en génétique, biologie cellulaire, microbiologie, immunologie, biochimie, physiopathologie et cancérologie et à acquérir une visibilité internationale sur ses recherches et innovations.

Direction

Directeur :  Alain-Pierre Gadeau

Alain-Pierre Gadeau, directeur du département Sciences biologiques et médicales © Gautier Dufau

Activités

Les activités de recherche du département forment des continua que l’on peut scinder en axes thématiques de recherche :

  • le cancer
    La cancérologie bordelaise s’appuie sur une forte interdisciplinarité, elle repose sur 3 piliers forts : la recherche fondamentale, translationnelle et technologique et un intérêt allant des très jeunes enfants aux patients âgés. Elle a reçu le label national de Site de Recherche Intégré en cancérologie (SIRIC) dénommé Bordeaux Recherche Intégré en Oncologie (BRIO). Elle profite aussi des compétences fortes des acteurs de la recherche en science sociale et humaine et en épidémiologie. Cet axe s’insère aussi dans un réseau régional très actif, Oncosphère qu’elle anime.
  • les relations hôtes/microorganismes
    De l’aspect le plus fondamental jusqu’à ses applications cliniques notamment sur la résistance aux antibiotiques, la recherche bordelaise se caractérise par sa diversité et son interaction nationale avec en particulier le Labex en réseau Parafrap - Alliance française contre les maladies parasitaires. Ses équipes travaillent dans les domaines de la parasitologie, la virologie, la bactériologie et les relations hôtes-pathogènes.
  • les systèmes immunitaire et vasculaire
    Aujourd’hui avec la prise de conscience du rôle déterminant de l’environnement et de l’importance du système immunitaire sur la santé une attention particulière est portée sur la compréhension des interactions cellulaires dans le fonctionnement des systèmes immunitaire et vasculaire dans la pathologie. Le site de Bordeaux accueille des équipes de recherche reconnues dans ces domaines.
  • les maladies rares, maladies inflammatoires
    Le site de Bordeaux a développé une expertise sur les maladies rares, avec 15 centres de référence nationaux. L’activité de recherche est très développée dans ce domaine avec l’implication de plusieurs laboratoires du département que ce soit en cancérologie, dans les maladies génétiques, métaboliques ou auto-immunes.
    Plusieurs thématiques transversales caractérisent la recherche réalisée dans le département telles que le métabolisme, le vieillissement ou encore le fonctionnement de la cellule. Nombres de ces recherches sont menées en lien avec la recherche clinique au sein notamment des Fédérations hospitalo-universitaires (FHU) ACRONIM et SMART.

Chiffres-clés

  • 9 unités mixtes de recherche, 2 équipes d’accueil, 1 unité mixte de service
  • 1 école doctorale, 100 doctorants
  • 450 personnels dont 155 enseignants-chercheurs, 103 chercheurs EPST, 150 ITA et BIATSS, 40 chercheurs post-doctoraux

Structures composantes du département

Ce département est composé de 11 unités en rattachement principal.

Unités en rattachement principale

Composition des instances

Conseil de composante

Il est composé de 22 membres, dont 12 enseignants-chercheurs et chercheurs, 6 personnels BIATSS/ITA, 2 doctorants et post-doctorants et 2 personnalités extérieures.

Comités des directeurs

Il est composé des 12 directeurs d’unité et d’équipes d'accueil et de personnalités invitées (responsable formation doctorale, responsable EUR...)

Conseil scientifique

Le directeur, après avis du comité des directeurs, soumet une proposition de conseil scientifique à l'approbation par le conseil de composante concernant le nom des 5 personnalités extérieures.

Plateformes 

TBM Core (CNRS UMS 3427 - Inserm US 005)

Écoles doctorales

Partenariats

Mise à jour le 26/05/2020

Contact

Virginie Rocher
Gestion Administrative & Financière / Communication

Bât 1A, 2e étage
Carreire Zone Nord - Case 53, 146, rue Léo Saignat
33076 Bordeaux Cedex

05 57 57 95 54
Contacter par courriel

Mots-clés

Maladies infectieuses, maladies inflammatoires, maladies rares, maladies auto-immunes, pathologies cutanées, cancers solides et hématologiques de l'enfant à la personne âgée, maladies cardiovasculaires, vieillissement, résistance aux anti-infectieux, résistance thérapeutique. Mitochondrie, cellules souches, microenvironnement tumoral, métabolisme, cycle cellulaire, mort cellulaire, signalisation cellulaire, angiogenèse, barrière hématoencéphalique, microbes. Imagerie moléculaire, culture cellulaire, modélisation, modèles expérimentaux, recherche translationnelle, théranostique, biothérapies, épistémologie, philosophie de la biologie et de la médecine, biologie cellulaire et moléculaire, biochimie, immunologie, microbiologie, génétique, dermatologie, cancérologie.