Actualités
  • Université
  • Transitions

Les visages féminins de la recherche

Mise à jour le :

« Les visages du campus », la campagne médiatique numérique du projet RESET, met en lumière la dimension collective de l’excellence scientifique au travers de portraits de femmes qui travaillent dans les fonctions support de la recherche.

Photo d'une femme devant les locaux de UBee Lab
Judith Thomas Crusells, Julia Trémolières, Camille Ménard, Camille Lavergne © université de Bordeaux

Au sein du consortium RESET, les femmes représentent la majorité des responsables scientifiques, des assistantes de laboratoire, des secrétaires et des consultantes.

L’objectif de la campagne « Les visages du campus » et plus particulièrement de l’exposition « dans les coulisses » est de faire un focus sur le soutien à la recherche et l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée, thèmes centraux dans l’égalité des genres.

« L'exposition Dans les coulisses de la campagne médiatique Les visages du Campus souhaite montrer la dimension collective des activités de recherche qui ne mobilisent pas que les seuls signataires des articles scientifiques. En amont, pour la recherche de financement et de moyens et en aval pour les activités de diffusion et de gestion, de nombreuses personnes, dans les laboratoires et les services centraux, sont à pied d'œuvre et incontournables » explique Marion Paoletti, coordinatrice scientifique du projet.

RESET

Le projet Repenser ensemble l’égalité et l’excellence scientifique (RESET) vise à placer l'égalité des genres et la diversité au cœur de l'élaboration des politiques scientifiques et universitaires. 

En savoir plus

Découvrez les visages et leurs missions

 Camille Lavergne, chargée de projets recherche
Camille Lavergne, chargée de projets recherche © université de Bordeaux

Camille Lavergne, chargée de projets recherche

« Les chargé-es de projets s’investissent beaucoup dans leur mission d’accompagnement, à ce titre quel que soit le résultat, il est toujours appréciable lorsque les chercheurs et chercheuses qui ont bénéficié de cet accompagnement nous indiquent en retour que ce dernier leur a été précieux et utile pour de futurs dépôts. »


Camille Ménard, vétérinaire référente pour les animaleries de formation et de recherche

« Il y a une réelle dynamique d’amélioration continue, que ce soit dans le fonctionnement des animaleries ou dans la conception des projets. Les évolutions de la réglementation, le travail des structures du bien-être animal et du comité d’éthique, les formations… y ont largement contribué ».

 Camille Ménard, vétérinaire référente pour les animaleries de formation et de recherche de l’université de Bordeaux depuis 2015 et directrice depuis mai 2020 du Service Commun des Animaleries (SCA)
Camille Ménard, vétérinaire référente pour les animaleries de formation et de recherche de l’université de Bordeaux depuis 2015 et directrice depuis mai 2020 du Service Commun des Animaleries (SCA) © université de Bordeaux

 Judith Thomas Crusells – Cheffe de projet – gestion de projets nationaux et internationaux coordonnés par le Pr Stéphanie Debette au sein de l'équipe ELEANOR du BPH depuis 2016
Judith Thomas Crusells, cheffe de projet – gestion de projets nationaux et internationaux © université de Bordeaux

Judith Thomas Crusells - cheffe de projet, gestion de projets nationaux et internationaux

« Par mon travail, j'apporte ma pierre à l'édifice de la communauté scientifique et, en définitive et très humblement, mon travail contribue aux programmes de gestion globale des questions de santé publique, ce qui constitue pour moi le résultat le plus important à long terme. »


Julia Trémolières - chargée de mission valorisation des publications scientifiques

« La reconnaissance au travail se situe à plusieurs niveaux, elle est aussi bien collective qu’individuelle. Individuelle lorsque j’ai pu aider un chercheur, une chercheuse, ou un-e doctorant-e. Collective car j’évolue au sein d’une équipe : le service soutien à la recherche, qui fait partie de la direction de la documentation. »

 Julia Trémolières, chargée de mission valorisation des publications scientifiques
Julia Trémolières, chargée de mission valorisation des publications scientifiques © université de Bordeaux

Mots clés