Marion Paoletti, chargée de mission Parité, égalité, diversité

Marion Paoletti, maitresse de conférences en sciences politique à l'université de Bordeaux et chercheuse au Centre Emile Durkheim aété nomm" chargée de mission "Parité, égalité, diversité" sur proposition de Manuel Tunon de Lara. Lors du précédent mandat, elle était en cahrge de la mission "Egalité entre les femmes et les hommes".

Marion Paoletti © Arthur Pequin Marion Paoletti © Arthur Pequin

L’égalité femme/homme est une idée neuve à l’échelle de l’histoire.

« Le féminisme est un combat pour l’égalité, j’aime ce mot, c’est un humanisme » affirme Marion Paoletti, chercheuse et maîtresse de conférence en science politique à l’université de Bordeaux, dont la dernière publication dans la revue scientifique Travail, genre et sociétés s’intitule justement La France, féministe ou anti féministe ?

Passionnée de science politique, Marion Paoletti fait une thèse à l’IEP de Bordeaux puis est nommée maître(sse) de conférence à l’université Versailles St Quentin. Mutée à l’université Montesquieu Bordeaux IV en 2000, elle concentre ses recherches au sein du Centre Emile Durkeim sur la démocratie participative, la décentralisation puis s’intéresse particulièrement à la mise en œuvre de la parité en politique, vaste sujet.

« La question de la parité en politique a donné lieu à un débat passionnant dans les années 1990 », rappelle Marion Paoletti. Ainsi en 2000, une réforme de la constitution est votée, rendant possible des lois sur la parité en politique. L’idée fait son chemin et s’étend en 2008 au milieu économique et social. » Devenus très "tendance", les sujets autour de la parité, la mixité ou l’égalité font l’objet de nombreuses études et alimente le débat public.

En 2013, la loi sur l’enseignement supérieur et la recherche prône à son tour l’égalité des femmes et des hommes au sein des universités et incite fortement à instituer des chargés de mission dédiés à cette problématique dans chaque établissement.

Promouvoir et favoriser l’égalité entre les femmes et les hommes et la diversité dans l’enseignement supérieur et la recherche

C’est ainsi que Manuel Tunon de Lara confie cette mission à Marion Paoletti. Au cours du dernier mandat, elle s'est attachée à sensibiliser la communauté universitaire aux inégalités entre les hommes et les femmes, notamment par la production et la diffusion d'un rapport de situation comparée et par la définition d'un plan d'actions, entre autres de sensibilisation. Par ailleurs elle a mis en place une cellule de veille contre le harcèlement sexuel, les violence sexistes et homophobes.
Si Marion Paolletti considère que cette politique doit être constamment portée, elle a accepté l'élargissement de cette mission à d' autres motifs de discriminations. "Les sociologues sont habitués à penser ensemble les rapports sociaux de pouvoir que constituent le genre, la classe sociale et la race" explique t-elle. "L’objectif, ajout t-elle est que le mérite individuel ne soit pas une fiction et que l'université, conscient des inégalités soit la plus inclusive possible".

Mise à jour le 10/09/2020