Dorian Tharaud, toujours plus haut

Dorian Tharaud est étudiant en master 2 Métiers de l’enseignement de l’éducation et de la formation à l’université de Bordeaux. Mais pas seulement. Il est aussi athlète de haut niveau et musicien. Portrait d’un jeune homme hors du commun.

Dorian Tharaud © Nicolas Mennetrey Dorian Tharaud © Nicolas Mennetrey

A 23 ans, Dorian Tharaud mène plusieurs vies de front. Au moins trois. Avec rigueur, discipline mais surtout passion, le jeune homme est tour à tour étudiant-enseignant en éducation physique et sportive dans un collège de St-Jean-d’Illac, athlète de haut niveau (saut en hauteur) au sein de son club Entente Bassin Athlétisme et violoniste fervent de musique classique.
Né à Metz, Dorian Tharaud commence l’athlétisme à l’âge de 8 ans. Ses parents, tous deux militaires sont mutés sur la base de Cazaux et s’installent à Gujan-Mestras alors que Dorian à 11 ans. Le jeune garçon intègre l’Entente Bassin Athlétique et s’oriente petit à petit vers le saut en hauteur, « un sport individuel de performance pure qui correspond très bien à ma personnalité » explique t-il. Bien entraîné par son club et soutenu par ses parents, il devient rapidement le meilleur sauteur de la région. Poussé par ses performances, Dorian Tharaud participe à des compétitions nationales, cumule les titres de championnats. 2,18 mètres, c’est la hauteur maximum à laquelle s’est envolé l’athlète. Sélectionné 3 fois en équipe de France et sacré champion à 8 reprises entre 2012 et 2019, il vise encore et toujours plus haut et ambitionne de participer à des compétitions internationales. « Mon modèle est un suédois, Stefan Holm. Il saute à 2,40 m, son saut est extraordinaire et très beau à voir… »*.

Discipline, discipline...

Les semaines de Dorian Tharaud sont parfaitement orchestrées. Quinze d’heures d’entraînement pour l’athlétisme, presque autant pour le violon, son autre passion. L’autre partie de son temps est consacré à ses études à l’École supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE). Deux jours de cours à la fac et surtout du terrain depuis septembre puisqu’il enseigne l’EPS à des collégiens. « Je suis heureux de transmettre, d’apprendre à ces jeunes à se connaître physiquement, à progresser. C’est très gratifiant » affirme Dorian Tharaud. « Je voulais être astrophysicien car je suis passionné par tout ce qui est céleste… j’ai passé un bac scientifique mais me suis finalement orienté vers STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives), cette formation correspondait mieux à ma vie de sportif et m’a permis d’avoir de horaires aménagés, le prix à payer pour continuer à m’entraîner ». Sa licence en poche, Dorian intègre le master MEEF (Métier de l'enseignement, de l'éducation et de la formation) pour devenir enseignant et obtient son concours en fin de première année. Étudiant travailleur, sportif ultra performant, musicien doué… Un secret ?
« La précision, la rigueur, la technique, la concentration, la répétition encore et toujours, la persévérance, le sens de l’engagement… mais surtout la passion… Être musicien, c’est être sportif de haut niveau. Les deux disciplines requièrent les mêmes compétences et procurent les mêmes satisfactions. L’un m’aide à progresser dans l’autre et vice et versa » déclare le jeune homme en toute humilité.
Parmi les facteurs de sa réussite, il n’oublie pas de mentionner l’importance d’être bien entouré par ses proches et accompagné par un environnement universitaire encourageant et stimulant.

Dorian Tharaud terminera sa formation à la fin de l’année universitaire. Il pourrait commencer à exercer son métier d’enseignant mais souhaite plutôt pour l’instant poursuivre sa carrière de sportif et se donner la chance d’aller jusqu’au bout de ses capacités. Pourquoi pas les JO de 2024 à Paris ? Il aura 28 ans et cette période est l’âge d’or au saut en hauteur alors pourquoi pas ? Le Graal de tout athlète.

*Pour mémoire, le record du monde actuel de la discipline, soit 2,45 m est détenu par le cubain Javier Sotomayor depuis 1993.

Mise à jour le 14/05/2019