La MAPI se réorganise et adopte un principe de gouvernance simple

Après une année 2016-2017 marquée par de multiples évolutions structurelles, la MAPI est repartie pleine d’entrain pour une nouvelle année universitaire chargée en projets. La réorganisation du service entamée au premier trimestre 2017 n’est pas étrangère au dynamisme actuel de la MAPI qui s’appuie désormais sur un principe de gouvernance simple, associant à chaque échelon décisionnaire un enseignant/chercheur et un cadre A.

  • 20/12/2017

La direction de la MAPI est assurée dans ce contexte par un enseignant/chercheur, M. Christophe Roiné, MCF en sciences de l’éducation, nommé le 1er septembre 2016 et dont les missions sont définies en lien avec la CFVU, et un Responsable administratif et financier (RAF), M. André Maurel, en charge de la continuité du service. Ensemble, avec l’appui de deux Directeurs adjoints en charge de l’amélioration continue, de la formation des enseignants et de l’enseignement en ligne, ils mettent en application la stratégie de la MAPI définie préalablement par le Comité d’orientation stratégique. Ils peuvent décider des nouveaux chantiers à entreprendre et des nouvelles pistes d’amélioration pédagogique à explorer, et comptent pour cela sur les coordonnateurs des cellules d’appui et leurs équipes.

La MAPI « new look », c’est plus de cohésion et plus de collaboration dans les processus de gouvernance.

La réorganisation du service a en effet vu naître en parallèle trois cellules d’appui comprenant des compétences diverses et complémentaires et dont l’association permet de répondre aux axes stratégiques de manière la plus efficiente possible. Ces trois cellules chargées respectivement de « l’amélioration continue de l’offre de formation », de « l’accompagnement et de la formation des équipes pédagogiques » et du « développement informatique et de la production des ressources numériques et multimédias », participent chacune à leur manière à la réalisation des objectifs assignés à la MAPI. Là est d’ailleurs toute l’originalité de ce service qui a fait, dès ses débuts, le pari de réunir dans une même structure, un Service Universitaire de Pédagogie, un service TICE et un service de production multimédia, avec pour objectif de tirer profit des synergies naissantes d’une collaboration étroite entre des équipes d’ingénieurs, de techniciens et d’enseignants/chercheurs.

En fin de compte, si cette restructuration aura nécessité plusieurs mois d’adaptation, obligeant la MAPI à retarder certaines évolutions de son offre de formation et autres initiatives nouvelles, elle s’avère d’ores et déjà concluante et se traduit dans les faits par un management collaboratif et participatif plus efficace. Les premiers résultats ne se sont d’ailleurs pas fait attendre ! Le traitement et l’accompagnent des projets STEP (Soutien à la transformation et à l’expérimentation pédagogique) a progressivement gagné en efficacité et suit désormais un rythme de croisière. Jusqu’à présent, 28 projets ont été proposés à la MAPI sous forme de lettres d’intention et ont bénéficié d’un accompagnement et d‘un suivi personnalité. Cinq d’entre eux ont d’ores et déjà été validés en commission CFVU.

L’approche programme, en cours de réflexion ces derniers mois, a fait l’objet de son côté, d’une journée d’étude dédiée, le 28 novembre dernier, au cours de laquelle les grands enjeux de cette démarche pédagogique collégiale ont été évoqués (des expérimentations devraient débuter au printemps 2018). Enfin, l’ensemble des formations dispensées aux doctorants, aux nouveaux enseignants et aux équipes pédagogies ont été reconduites, et seront désormais proposées selon  une formule « à la carte », mieux adaptée aux besoins et aux demandes des enseignants.