Le projet européen ASSETS+ en plein envol

Lancé en janvier 2020 pour une durée de quatre ans, le projet européen ASSETS+, dont l'université de Bordeaux est actrice, vise à mettre en place une offre de formation adaptée aux évolutions du secteur de la Défense. S’inscrivant dans le cadre du programme ERASMUS+, il s’agit du seul projet financé au niveau européen pour « lutter contre le déficit de compétences » dans ce secteur.

  • 07/07/2020

© AdobeStock_Niciak © AdobeStock_Niciak

Doté de près de 4 millions d'euros en tant que fond d’amorçage, ce projet permettra de proposer des programmes de formation du secondaire au supérieur, en passant par la formation professionnelle avancée et la reconversion professionnelle. Ces programmes seront centrés sur les champs disciplinaires comme l’électronique, l’informatique, les mathématiques, le traitement du signal et des images, l’automatique en lien avec les problématiques de C4ISTAR, de robotique, d’intelligence artificielle (IA) et de cyber sécurité.

Il s’agit de proposer une offre de formation adaptée aux évolutions et aux enjeux de la défense de demain, en se fondant sur une pédagogie adaptée et facilement reproductible au niveau européen (sous la forme par exemple de pédagogie par projet, d’écoles d’été, de challenges, d’enseignement en e-learning et de dispositifs facilitant le lien avec le tissu industriel).

L'université de Bordeaux, en partenariat avec Bordeaux INP, est partie prenante de toutes les phases du projet, de l'identification des compétences clés à la mise en place de prototypes d'offres dans le secteur de la Défense, en passant par la définition des programmes.

Assets+ est un projet emblématique qui illustre une collaboration à plusieurs niveaux : locale, européenne, transdisciplinaire. Nous sommes ravis de faire partie d'un tel projet collectif pour développer des formations qui s'adaptent aux technologies émergentes.

Joanne Pagèze — Vice-Présidente en charge de l’internationalisation, université de Bordeaux

Débutée il y a 6 mois, la toute première phase du projet vise à mettre en place une méthodologie pour identifier et analyser l’évolution des technologies, des applications et des compétences clés requises dans le secteur de la Défense, à partir de différentes bases de données (articles scientifiques, brevets, etc.) et en lien avec les partenaires industriels. Pour ce qui se relève du domaine C4ISTAR, le GREThA (Groupe de recherche en économie théorique et appliquée) est mobilisé, notamment dans le cadre de la Chaire économie de défense avec Jean Belin, titulaire de la Chaire et maître de conférence à l’université de Bordeaux, qui a interagi en étroite interaction avec l’Université de Pise.

Des études similaires ont été menées par les universités partenaires (Carlos III, Séville, Alborg et Rzeszów) sur la robotique l’IA et les systèmes autonomes ainsi que sur la cyber sécurité. Les échanges réguliers entre les différents partenaires ont permis de confronter les résultats obtenus et de mettre en avant les similarités et les différences entre les domaines étudiés. Ainsi, le premier rapport intitulé « Defence Technology Roadmap » explore chaque domaine, identifie d’une part les technologies utilisées en les classant en fonction de leur niveau de maturité et d’autre part les applications de ces technologies dans le secteur de la défense. L’étude des compétences relatives à ces technologies et applications vient de débuter. Parallèlement, une réflexion sur les choix pédagogiques a été initiée au sein du consortium.

A moyen terme il s’agira de préparer des programmes prototypes, tant au niveau du contenu qu’au niveau du format pédagogique et les mettre en place. Afin de développer une communauté de pratique, de fédérer les initiatives et les actions portées sur le campus bordelais dans ce cadre et de préparer l’implantation des programmes prototypes, plusieurs initiatives seront mises en place prochainement sur le campus bordelais.

La thématique portée par le projet Assets+ s’inscrit parfaitement dans les axes de plusieurs écoles de Bordeaux INP dont l’activité autour du secteur de la Défense est prégnante. Notre établissement se réjouit de cette collaboration.

Christophe Bacon — Vice-Président en charge de la formation, Bordeaux INP

Les partenaires du projet ASSETS+ se retrouveront à la fin du mois de septembre à Bordeaux pour présenter le projet lors de l’ADS show (du 24 au 26 septembre 2020), pour poursuivre les actions initiées et pour découvrir divers sites du campus bordelais.

Le consortium rassemble trente partenaires de huit pays européens :

  • neuf établissements de l’enseignent supérieurs que sont l’Université de Pise, l’Université d’Aalborg, l’Université de Bordeaux, Central Supelec, l’Université de Rzeszów, l’Université de Cadix, l’Université de Seville, l’Université polytechnique de Madrid et l’Université de Carlos III,
  • quatre établissements d’enseignement et de formation professionnelle dont Aérocampus,
  • sept entreprises du secteur industriel incluant AIRBUS, HENSOLDT, LEONARDO, NAVANTIA, ROLLS-ROYCE, SAAB et SAFRAN,
  • plusieurs clusters et organismes de certification.

Thèmes :

Contact

Eric GRIVEL
Laboratoire de l'intégration du matériau au système (IMS) - Coordinateur du projet

05 40 00 62 01
Contacter par courriel

C4ISTAR

Acronyme faisant référence à l'ensemble des fonctions militaires désignées par C4 (command, control, communications, computers), I (intelligence) et STAR (surveillance, target acquisition, and recognition) permettant la coordination des opérations.

Chaire Economie de Défense

Lancée en janvier 2014, la chaire est le fruit d’une initiative conjointe « État-Industrie » de soutien à la recherche académique en économie de défense. Elle contribue à ce titre à apporter un éclairage sur les impacts économiques des décisions politiques en matière de défense. La Chaire intervient ou participe à la création de formations, anime des groupes de travail, organise des conférences et produit des articles universitaires en économie de défense ou des travaux à destination d’un public plus large.