L'intégrité scientifique, parlons-en !

Faire se rencontrer les spécialistes de l’intégrité scientifique avec les acteurs de la recherche, tel est l’enjeu du premier colloque universitaire sur l’intégrité scientifique organisé par l’université de Bordeaux, le MURS et la CPU.

  • 15/01/2016

Chercheurs devant un microscope © WavebreakMediaMicro - fotolia Chercheurs devant un microscope © WavebreakMediaMicro - fotolia

Cette journée s’adresse à l’ensemble de la communauté universitaire  y compris les doctorants et à tous ceux qui contribuent à la diffusion des nouvelles connaissances scientifiques.

La production de connaissances nouvelles, fiables et reproductibles requiert rigueur, exigence intellectuelle et morale. De bonnes pratiques ont été identifiées pour s’opposer aux inconduites et des progrès ont été réalisés. Différentes actions de sensibilisation et de formation doivent être encore menées. « Les universités sont porteuses de valeurs universelles et ont un rôle essentiel à jouer dans ce domaine. » ajoute M. Blanchard, membre du comité d'organisation du colloque.

Bordeaux accueillera le 29 janvier 2016 le premier colloque universitaire sur l’intégrité scientifique en France, en partenariat avec le MURS-IS (Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique – Intégrité Scientifique) et la CPU.

Notre volonté est de faire se rencontrer les spécialistes de l’intégrité scientifique avec les acteurs de la recherche.

Alain Blanchard — membre du comité d'organisation du colloque

L’intégrité scientifique est une valeur fondamentale dont la défense nécessite vigilance et exigence de la part de l’ensemble des acteurs de la recherche.

Une prise de conscience collective née à Bordeaux

L’université de Bordeaux en Sciences de la Vie et de la Santé a été pionnière dans ce domaine en adoptant en janvier 2012 une charte relative à l’intégrité scientifique et à la gestion des conflits d’intérêt.

Alain Blanchard précise : « Notre démarche avait été remarquée au niveau national puisque dans le même temps les différents organismes de recherche adoptaient des chartes de déontologie. Un groupe informel animé par le MURS-IS (Mouvement Universel pour la Responsabilité Scientifique-Intégrité scientifique) organisait des réunions de réflexion auxquels j'ai été associé. Pour faire connaître notre action et pour contribuer à accélérer une prise de conscience collective, nous avons notamment publié une tribune dans Le Monde le 16 septembre 2014. » Cette dynamique converge en janvier 2015 par la signature d'une charte nationale de déontologie des métiers de la recherche sous l'impulsion conjointe de la Conférence des Présidents d’Université (CPU) et des organismes de recherche. 

Aujourd'hui, l’université de Bordeaux est toujours engagée dans cette démarche et accueillera le premier colloque universitaire sur l’intégrité scientifique en France, en partenariat avec le MURS-IS et la CPU.

La formation placée au centre des préoccupations

Le programme de la journée comporte d’une part des conférences et d’autre part des ateliers consacrés à l’analyse de situations réelles dont l’objectif est d'élaborer des recommandations pour prévenir les manquements à l’Intégrité scientifique.

La culture de l’intégrité scientifique doit être respectée et diffusée par toutes les institutions de recherche à tous les stades de la vie professionnelle des chercheurs. C’est à ce prix que la société pourra préserver la confiance qu‘elle accorde à la recherche, et que les chercheurs, assumant pleinement leurs responsabilités, continueront d'être fiers de leur rôle moteur au service du progrès.

Thèmes :

Inscription obligatoire

Les inscriptions sont obligatoires et ouvertes jusqu’au 15 janvier 2016.

L'équipe locale des organisateurs du colloque : Alain Blanchard, Antoine de Daruvar, Marc Landry, avec le soutien administratif de Florence Lartigaut.