Développement durable : une initiative vertueuse à l’ISVV

Le projet PISE pour Partenariat Interne de Sobriété Énergétique consiste à mettre en œuvre des actions simples, décidées collectivement, afin de réduire la consommation de fluides tout en conservant le confort nécessaire au travail.

Le développement durable collaboratif © alarts - Fotolia Le développement durable collaboratif © alarts - Fotolia

PISE : le principe du partage des économies

Le groupe qui pilote le projet rassemble des représentants des occupants, la direction du patrimoine immobilier et l’exploitant du bâtiment (maintenance des installations CVC) pour co-construire un plan d’actions simples et efficaces. Les collègues de l’ISVV qui participant à ce groupe représentent les différents métiers du site (administratifs, techniciens, ingénieurs, enseignants-chercheurs) et constituent autant d’ambassadeurs pour diffuser les messages d’économie d’énergie au sein de leur structure. Les économies ainsi réalisées sont réinvesties pour continuer une démarche vertueuse, en accord avec les principes du développement durable.

Cette démarche collaborative a été expérimentée sur le bâtiment de l'ISVV (Institut des Sciences de la Vigne et du Vin). Ce bâtiment de plus de 10 000 m2, bien que récent (il a ouvert ses portes en janvier 2009), n’est pas optimum quant à sa consommation d’énergie. Le projet PISE a démarré en juin 2016 et les résultats après une année de fonctionnement montrent une baisse de l'ordre de 10 % sur la consommation d'électricité.

3 questions à Alain Blanchard, directeur de l’ISVV

Alain_Blanchard_ISVV_1040x740_C_INRA

Le projet PISE repose essentiellement sur une démarche collaborative. Comment avez-vous mis en place cela au sein de l’ISVV ?

Cette démarche collaborative a été simple à mettre en place car tous nos collègues sont très sensibles au développement durable. L’environnement est d’ailleurs une des thématiques majeures de l’ISVV, avec notamment des travaux qui portent sur les effets du réchauffement climatique sur la viticulture et l’élaboration des vins. Pour le projet PISE, un gros travail de mobilisation de l’ensemble du personnel a été réalisé par nos ambassadeurs, participants aux groupes de travail, pour lancer des actions concertées. Nous sommes dans un bâtiment qui présente une mixité des usages (formation, recherche et transfert) avec une technicité des installations et des équipements de recherche élevée.

Quels sont les résultats obtenus après des mois d’implication ?

Le premier résultat est d’avoir maintenant une idée très claire de notre consommation sur une période assez longue, en connaissant précisément quels sont les postes les plus consommateurs (groupe froid, moteurs des équipements scientifiques, …). Nous avons pu vérifier que le bâtiment de l’ISVV a des propriétés énergétiques intéressantes notamment avec une bonne inertie thermique et que notre progression énergétique se fait sur un meilleur pilotage du dispositif par une centrale de gestion et par des « gestes » quotidiens des utilisateurs (meilleure utilisation des boitiers de commande des température de consigne). En terme de réduction des consommations d’électricité, les actions entreprises ont été couronnées de succès (diminution d’environ 10%), même si les économies ne sont pas équivalentes en raison d’une hausse concomitante du prix de l’électricité. L’effet sur le budget de l’ISVV est direct dans la mesure où nous payons les fluides sur notre budget globalisé, donc toute économie d’énergie peut être réinvestie sur la recherche ou la formation.

Et maintenant ?

Aujourd’hui, il ne s’agit pas de s’arrêter à cette première phase. En concertation avec le PILPSE, nous avons identifié d’autres types d’investissement qui permettraient d’améliorer encore la performance énergétique du bâtiment. Des travaux sont d’ores et déjà en cours dans ce cadre et nous bénéficions d’un fort soutien de nos services et du personnel de l’ISVV pour amplifier nos premiers succès.

 

Schéma directeur énergie eau

Réduire les coûts énergétiques de son parc immobilier est un enjeu fort pour l’université de Bordeaux. Un schéma directeur énergie eau (SDEE) L’université de Bordeaux initie une dynamique de gestion raisonnée de l’eau et une réduction des gaz à effets de serre dans le cadre de la mutation de son parc immobilier. Intitulé "engagement énergie eau", ce projet s'inscrit dans une démarche participative ouverte à tous les acteurs des universités (étudiants, personnels, chercheurs, gouvernances, associations, collectivités/partenaires, etc.).